#Société #Sports

Karaté Les six (6) questions du président de la ligue de Dakar Bescaye Diop au président de la fédération sénégalaise de karaté

Secoué depuis un certain temps par un désaccord avec la plus grande majorité des dojos sénégalais, un phénomène qui a occasionné une pétition pour dégommer les instances dirigeantes.

 

Accusé de décision unilatérale et de détournements fallacieux, le président de la fédération de Karaté ne semble pas lâcher prise pour un règlement paisible des conflits dont le Karaté sénégalais est victime.

Bescaye Diop président de la ligue de Dakar

Dans une discussion mouvementée avec le président de la ligue de Dakar Bescaye Diop qui a posé six (6) questions fondamentale pour le respect des lois et règlement qui régissent le Budoka suite à une sanction abusive sur Moussa Diallo qui a juste donné son avis sur la manière dont le karaté sénégalais est géré en ces termes :  »

je vous écris respectueusement pour vous faire part de mon profond désaccord avec la suspension du sieur Moussa Diallo en raison de sa nature arbitraire, d’une part, et des restrictions que cela voudrait lui imposer sur sa liberté d’expression et de pratiquer librement le Karaté dans le strict respect des lois et règlements en vigueur au Sénégal, en général, et des statuts et règlement intérieur de la FSKDA, de façon plus spécifique. Le Karaté sénégalais ne sera jamais dirigé, ni aujourd’hui ni demain, sur la base d’un seul point de vue. Ce serait une régression dramatique que nul karatéka démocrate, digne et imbu des valeurs du budo ne saurait accepter. Le Karaté sénégalais a beaucoup plus besoin aujourd’hui d’être protégé contre toutes les techniques de détournement de deniers publics et des mystificateurs foncièrement malhonnêtes qui ne sont mus que par leurs propres intérêts et qui n’ont aucun respect pour les autres. Sans polémiquer, je vous saurais gré de bien vouloir m’autoriser à vous poser six questions :

1) Même si le Secrétaire Général de la Ligue de Dakar est assisté par un Secrétaire Général Adjoint, comment pouvez vous décider de le suspendre pour une durée de six mois, à effet immédiat, sans avertissement et sans audition au préalable, alors qu’il travaillait ardemment dans les activités preparatoires de la tenue imminente de l’AG ordinaire de la Ligue?

2) Quelle est la validité de cette suspension qui reste muette sur le quorum ?

3) Comment la FSKDA qui déclare s’attacher à la transparence des affaires relatives au Karaté peut elle produire un communiqué qui ne précise pas les motifs de la suspension du sieur Moussa Diallo?

4) Est-ce que la FSKDA démocratiquement élue peut s’arroger le droit de priver à un de ses membres sa liberté d’opinion quand celui ci s’exprime dans les conditions prévues par la loi?

5) Ne serait-il pas une violation manifeste de l’article 8 de la constitution du Sénégal de vouloir priver quelqu’un de sa liberté d’opinion et de sa liberté d’expression dans les conditions prévues par la loi?

6) Comment peut on être fier de ce communiqué historiquement impopulaire qui va gravement déconstruire le peu de cohésion sociale qui existait naguère entre les karatékas sénégalais? Mes sincères et respectueuses salutations sportives. OSS »’

Le président de la fédération sénégalaise de karaté El Moctar a fait volte face pour esquiver les questions de fonds sous prétexte que son interlocuteur fait parti des complices qui veulent le destituer, cause à effet la réponse intervient très loin des habitudes de la discipline martiale :

 »Bonsoir Bescaye
Avec tout le respect que je vous dois . Je suis déçu par ton comportement et ton attitude.
Le SG de la ligue de Dakar est passé dans tous les plateaux pour dénigrer , diffamer insulter le
Président de cette fédération et les membres du CD de la Fédération. vous étiez où? Vous êtes complice de tout ce que dit votre SG. Hier la réunion du CD a été convoquée vous n’êtes pas venu. Vous étiez pourtant dans la magasin de ton ami Mamoune. Pour avoir les informations il faut assister au CD. Avoir le courage de défendre vos positions . Vous vous n êtes pas animé par de bonnes intentions pour la développement de ce karaté mais d’autres intentions inavouées. Je ne suis pas un Président téléguidé. Je ne vous ferai même pas le plaisir de répondre à vos questions. Le reste les membres du CD présents le feront à ma place. »

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *